Articles

Les dingues ? Une minorité comme les autres !

Image
Avec le gauchisme, le pire est toujours sûr. On a beau le savoir, on n’a jamais l’imagination assez riche pour anticiper ses lubies. Dans le genre gauchisme 2.0, le e-magazine Slate bat ainsi des records. On y trouve des perles intersectionnelles de toute première catégorie. Dernière en date du 27 mai, un article qui évoque, avec le vocabulaire compassionnel de rigueur, l'association Objectum-Sexuality Internationale (OS Internationale) : « elle compte aujourd'hui quelque 400 membres qui se déclarent «objectum sexuals», c'est-à-dire attiré·es par des objets inanimés ».En 2013, un grivois de droite a cru bon d’envisager que le mariage pour tous était un premier pas vers celui entre un homme et un chien : il a été lynché promptement. J’ai approuvé et d’abord pensé, en paisible démocrate, que cet homme exagérait. Cet article me conduit à m’interroger : le premier qui dit la vérité aurait-il été exécuté ? Evidemment, le chien, c’était risqué comme image : même les gauchistes p…

Nostra Culpa : c'est pas eux, c'est nous !

Image
« Rien ne va(s) plus dans ce pays » : je corrige mais j’approuve. On pourrait même aller jusqu’à dire qu’on marche sur la tête enfilée dans une basket ! A l'heure même où la Sorbonne Paris I envisage de mettre au moins 10 sur 20 à tous ses étudiants, on nous apprend que : sans casque, un « jeune » se tue à moto parce qu’il conduit sans aucune idée de l’Autre. Mais il n’est évidemment pas responsable pour ses « frères » et pas tout à fait non plus pour Le Parisien, ni pour France Info qui se contente de le citer. Allons au texte :28/05/2020 - « Il circulait à mini-moto. Un jeune homme de 19 ans a été percuté, mercredi 27 mai, par un train, sur un passage à niveau piéton à Montigny-lès-Cormeilles (Val-d'Oise), a appris franceinfo de sources policières.Après la collision entre la mini-moto et le train, les policiers se sont rendus sur place pour sécuriser la zone. C'est à ce moment-là que des habitants de Montigny-lès-Cormeilles les ont pris en photo et ont filmé la scène, pu…

Eté 2020 : tous en vacances à Prenant !

Image
« Dès l’annonce du président, le standard de la mairie a été pris d’assaut. J’ai la moitié de mes administrés qui ont transformé leur salon en gîte et leur jardin en camping. Mais nous ne pourrons jamais accueillir 65 millions de Français cet été en respectant les gestes barrière ! » : Pierre Lecoeleth, ancien pêcheur et maire de Prenant, village de 350 habitants, lance un cri d’alarme. Il a déjà reçu le soutien de son collègue de Dinamick, la petit commune voisine : lui aussi exhorte les pouvoirs publics à prendre les mesures nécessaires pour préparer cet été sans farniente ni bronzage.
A Prenant, la plupart des habitants sont déjà mobilisés pour un accueil solidaire et respectueux de l'environnement
Jusqu’ici totalement inconnue des Français, la ville de Prenant, située dans le département du Pathos, à environ 20 km de Quimporte, a vu les projecteurs braqués sur elle à la minute même où Emmanuel Macron, le président de la République de France, a annoncé à nos compatriotes "q…

Show-Biz : la France aux Français !

Image
Je me pince ce matin : ai-je bien lu ? Mais oui. Décidément, les effets du coronavirus n’en finissent pas de surprendre : plus le port du masque se généralise, plus… les masques tombent. A grand renfort de presse, c’est aujourd’hui la SACEM, nerf de la guerre musicale, qui exhorte les radios à privilégier les chansons françaises : « La Société des auteurs, compositeurs et éditeurs de musique appelle jeudi 7 mai "l'ensemble des radios, plateformes, diffuseurs" au soutien de la filière musicale française, "notamment en renforçant la visibilité et la diffusion de productions" nationales. Elle "salue la démarche des radios" - Radio France, Skyrock, FG, Radio Nova - qui se sont déjà "engagées" en ce sens, afin de soulager "les créateurs confrontés à une situation sans précédent" en raison des conséquences économiques de la pandémie. 
Bien qu’à la pointe du « progressisme » depuis 40 ans, voici 4 radios qui, tout d’un coup, adoptent le sl…

Le jour d’après, ils sont prêts !

Image
Sur Facebook : "Notre colère ne sera pas confinée. Retrouvons-nous dans la rue dès la fin du confinement ! Mettons le pouvoir en quarantaine !" clame "Refusons le retour à la normale", collectif rennais créé le 4 avril.
Que nous voilà dans de beaux draps. Paraît que les RG s’inquiètent pour le « jour d’après ». Curieux : il n’y aura, évidemment, pas un « jour d’après » pour tout le monde, chacun aura droit au sien, ça va déjà calmer le « je ». L’étaler sur les libérations. De toutes façons, le vrai virus est plus profond et lui, on n’en guérit jamais et on reste contagieux toujours : le gauchisme. La charge virale du corps occidental est si élevée que les éruptions bénignes sont acceptées sans coup férir. Sur le modèle réussi des réseaux « sociaux », quelque formidable conseiller ministériel a eu l’idée lumineuse d’appeler un chat un « felis silvestris catus » : plutôt qu’une distanciation physique, conforme à la réalité tangible, nous avons donc droit à une distan…

Chloroquine ou chloroforme ?

Image
Dans Independance Day, cet excellent navet hollywoodien, l’humanité est confrontée à une menace extérieure, une race d’aliens qui décime les planètes comme une nuée de sauterelles intergalactiques. Bien sûr, ils sont d’abord invincibles et provoquent des ravages. Et puis, notamment grâce à un scientifique un peu dingue d’enthousiasme, le héros trouve la faille : il « suffit » d’injecter un virus informatique dans le navire amiral des aliens pour anéantir leurs défenses et les exterminer.
Tous les ingrédients du coronavirus sont à l’arrivée. Même cette indépendance nationale dont les Etats européens ont perdu le sens sur la route de la soie. Dans le rôle du virus anti-virus, la chloroquine semble tenir la corde et chacun retient son souffle : s’agit-il d’un mirage expérimental ou les faits vont-ils prouver rapidement l’efficacité du traitement ? Le chœur des vierges effarouchées joue, bien sûr, la partition du principe de précaution : il est vrai que le seul laboratoire français qui fa…

A virus, virus et demi !

Image
Au début, personne n’avait rien vu venir. Confinement pour tous, aux armes, citoyens, un pour tous, tous pour un ! Bon, le français est récalcitrant, il avait bien fallu sévir : dès le 20 mars, durcissement des sanctions et même six mois de prison à la quatrième récidive. Ah, on allait voir ce qu’on allait voir : tout le monde allait rentrer dans le rang et donner au « vivre ensemble » un côté « oui, mais chacun chez soi » dont chacun aurait pu penser tout de suite qu’il sonnait comme une faille dans l’édifice. Bien sûr, on nous avait annoncé que, pour le seul dimanche 22 mars, près de 100 000 contraventions avaient été dressées pour non-respect du confinement. Indignation générale, réprimande nationale, durcissement des conditions de sortie dès le lendemain : tout semblait normal.
Quelques voix, timides, s’étaient bien élevées pour dire : quid des « banlieues » ? Toujours en retard d’un train historique, les belles âmes avaient pris les devants en dénonçant la « morgue raciste » avec…