Variole du cerveau : mauvaises nouvelles du front

 

La variole du singe, c’est fini. Trop stigmatisant pour le singe puisque les rongeurs transmettent aussi le virus, nous explique les autorités médicales. Pourquoi ne pas l’avoir appelé variole du rongeur alors ? Parce que les faits sont là : le virus a été découvert et isolé au Danemark en 1958, chez des singes en captivité. Mais peu importe. Que les singes puissent se sentir offensés n’est pas le problème : l’OMS craint que les patients eux-mêmes cachent leur maladie pour ne pas être assimilés aux singes. L’argument est recevable et on conçoit clairement qu’une maladie qu’on nommerait « peste du raciste » inciterait à jouer les bien-portants envers et contre tout.

Mais, « en juin dernier, une trentaine de scientifiques, pour beaucoup originaires d’Afrique, ont rédigé une tribune pour demander à changer ces noms, jugeant urgent de mettre en place « une nomenclature qui ne soit ni discriminatoire ni stigmatisante »1. Toujours à la pointe pour lutter contre le racisme chez les virus et « en finir avec les préjugés », l’OMS a annoncé avoir rebaptisé les variants de la variole du singe, en remplaçant par des chiffres romains les noms de régions africaines, jugés stigmatisants. Ces nouveaux noms de variants permettent de « prendre acte de la réalité actuelle de la maladie. Alors que celle-ci s’est longtemps limitée à une dizaine de pays africains, la grande majorité des nouveaux cas ont été détectés cette année ailleurs dans le monde, en particulier aux Etats-Unis, en Europe et au Brésil ».

Discriminatoire, on voulait bien le croire, mais « stigmatisante » ? Parce qu’on trouve des singes en Afrique, en Asie et dans mal de parties du monde sauf… en Occident ? Variole du singe désignerait ainsi une origine non-blanche. Alors, nous explique-t-on, que la dernière grande épidémie a eu lieu aux Etats-Unis en 2003 ! Certes mais le virus avait été transmis par des animaux venus de... Gambie. Peu importe également : la science doit être morale donc inclusive. Désormais, on veille donc scrupuleusement à nommer les virus et leurs variants par un code ésotérique. SRAS, Covid 19 et omicron, c’était bien mais l’OMS peut faire beaucoup mieux.

Inhabituellement rapide et efficace, l’OMS a ainsi réuni le 8 août dernier des virologues et experts en santé publique. « Un consensus a été atteint pour désigner l’ancien clade du Bassin du Congo (Afrique centrale) comme le clade un (I) et l’ancien clade d’Afrique de l’Ouest comme le clade deux (II). En outre, il a été convenu que le clade II se compose de deux sous-clades. Ainsi, la nouvelle convention de dénomination comprend le clade I, le clade IIa et le clade IIb, ce dernier se référant principalement au groupe de variants qui circulent largement dans l’épidémie mondiale de 2022. Les nouveaux noms des clades entrent immédiatement en vigueur ». Le bon sens n’a peut-être pas gagné en clarté et mais nous voici rassurés : c’est vrai que « clade IIb » est beaucoup plus inclusif ! Maintenant qu’il n’y a plus rien à comprendre, on est tous égaux, c’est démocratique en diable !

Pour couvrir encore un peu ce réel qu’on ne saurait voir, ajoutez une couche de Wikipédia2 qui explique doctement que la variole du singe le clade (?) aurait d’abord pour cause le réchauffement climatique, les conflits armés, le commerce international et la baisse de l’immunité collective dans les pays vaccinés contre la variole. Pour faire court : la variole du singe est une production du capitalisme occidental. Dernier facteur mentionné du bout des mots par Wikipédia : la démographie et la mobilité mondiales ! Qu’en termes choisis ces choses là sont dites : après les « mobilités douces » (en français, le vélo), voici les mobilités mondiales ! Faut reconnaître que ça donne tout de suite un côté beaucoup plus branché à une réalité que la bienveillance empêche de nommer chaque jour davantage.

Quand on nous a annoncé dans les années 1980 que les balayeurs, les aveugles et les handicapés allaient disparaître au profit des techniciens de surface, des non-voyants et des personnes à mobilité réduite, on aurait du se méfier ! Ils ont continué avec les sachants et les apprenants qui ont remplacé les enseignants et les élèves, les migrants ont évacué les immigrés, la droite s’appelle l’extrême droite, l’extrême gauche s’appelle la gauche et… la guerre, c’est la paix. La seule erreur d’Orwell est sur la date : on sera plutôt sur 2084 finalement !

1 – 20 minutes avec AFP – 13/08/2022

2 - https://fr.wikipedia.org/wiki/Variole_du_singe#Historique


Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

1984 : la guerre, c’est la paix, l’inceste, c’est le patriarcat

To be or not to bipolaire ?

"Migrants mineurs" : dites-moi pas que c'est pas vrai !