1984 : la guerre, c’est la paix, l’inceste, c’est le patriarcat

Sans s’attarder sur les haut-le-cœur que suscitent chaque jour les accusations portées sur la place publique après des années de silence, il est intéressant de noter combien l’affaire dite Olivier Duhamel révèle l’emprise idéologique de la gauche Tartuffe. Du quotidien « de référence », le Monde, (dont le président du directoire est le mari de Camille Kouchner) aux médias de grand chemin, deux mots sont répétés à l’envi : « inceste » et « omerta ». Comme dans 1984 d’Orwell, on nous fait croire que le haut est en bas et le bas est en haut. 

Inceste ? Mais entre un beau-père et son beau-fils, pas de lien de sang : il ne s’agit donc pas d’inceste à rigoureusement parler mais... d'homosexualité pédophile. Quant à l’omerta, rions jaune : tout le monde savait, nous dit-on et Libération, toute honte bue, évoque la fin d’un silence qui avait pourtant fait grand bruit lorsque tant d’intellectuels de gauche avaient signé, en 1977, une tribune réclamant la dépénalisation des rapports sexuels avec les enfants. Bien entendu, on comprend les raisons qui poussent nos petits big brothers à évoquer l’inceste plutôt que l'homosexualité pédophile : dans le premier cas, on nous explique doctement que ce crime est le fruit d’un patriarcat dépassé et désormais démasqué. Dans l’autre cas, cela reviendrait à engager un procès dont les boulets souffleraient trop près des oreilles des minorités LGBTXYZ. On peut parier sans risque que le lynchage public durera moins longtemps que celui de Matzneff. 

Dans le traitement de l'affaire Duhamel reste une escroquerie orwellienne : le comportement de cet homme n’est pas le résultat du patriarcat mais, tout au contraire, du rejet de ce même patriarcat, assimilé à un ordre bourgeois dont le père serait la clé de voûte. Sauf que… au cœur du patriarcat, on trouve la notion de distance entre parents et enfants : on vouvoie, on ne voit jamais nu, on ne parle pas de sexualité, on est pudique. Soit exactement le contraire de cette grande famille de gauche où l’on expose fièrement la photo des fesses d’une enfant de 13 ans dont on s’alarme qu’elle soit encore vierge tandis qu’adultes et enfants batifolent nus dans la piscine, standard du confort bourgeois. 

Et puis quelle omerta ? Quel secret de famille ? Secret de socialistes à la Mitterrand, plutôt : tout le monde était au courant mais personne n’a rien dit. Il ne s’agit pas d’omerta : tous ont simplement couvert l’ami, l’intellectuel de gauche, le phare du peuple, l’enfant du Siècle. Plutôt que d’inceste et d’omerta, l’honnêteté et la rigueur auraient dû conduire nos Tartuffes à parler d'homosexualité pédophile et de lâcheté morale et politique. C'est, évidemment, beaucoup demander en ces temps d’inversion du réel. Bienvenue chez les Woke. 

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

La charité, quel bazar !

Vous avez un grain de beauté sur la joue gauche ? Unissons nos forces !

Mais dans quel mur fonçons-nous exactement ?