La charité, quel bazar !

Je lis de tout depuis des années. Mais là, on a franchi un cap. Le rare devient quotidien. Un exemple ? Attendez, je reviens, tiens, voilà : ça vient du "Huffington Post", membre influent de la sphère multiculturelle connectée et open source. 

Dans le même article, on trouve :



20ème ligne :

"C’est donc seulement deux ans après sa création que le Bazar de la Charité, installé sur un terrain vague de la rue Jean-Goujon dans le 8e arrondissement de la capitale, s’est vu ravager par les flammes, emportant dans ses cendres plus de 130 victimes, dont 123 femmes de toutes classes sociales confondues".

35ème ligne :

"Le rang social de la plupart des victimes, presque toutes issues de l’aristocratie ou de la haute bourgeoisie, est aussi la cause du fort retentissement du fait divers, à l’inverse des catastrophes des mines par exemple où seuls les ouvriers et les personnes plus modestes perdaient la vie".

C'est quoi, l'idée ? Dans la société égale et inclusive qui s'annonce, c'est le lecteur qui choisit le fait qui l'arrange ? 

Mais... si l'adversaire n'est plus assez rigoureux pour débattre sérieusement, on démocrastine comment ? 


L'idéologie, c'est quand on voit autre chose que ce qu'on voit. 
L’extrémisme, c'est quand on ne s'en rend même plus compte. 

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Quand la compassion multiplie les pains

Du pain et des JO

Le roi est nu, vive le roi !