Les nouveaux (monstres) bébés





Résultat de recherche d'images pour "attentat nounours"



Avez-vous remarqué ? Les mères et les pères ont disparu de nos écrans, on n’entend plus parler que de « mamans » et de « papas ». On parle comme les enfants. Eux aussi affectionnent la répétition du sujet qui pollue les journées télévisées et les discours politiques : « Les Français, ils sont… », « La question, elle est… », « Le bilan, il augmente… », « Le temps, il s’améliore… », etc. 

Gauche ? bien ! Droite? Pas bien ! Enfant ? Bien ! Adulte ? Pas bien !

Mais oui, c’est vrai, la gauche, c’est le bon sauvage de Rousseau, l’Emile ! L’homme est bon et c’est la société – naturellement capitaliste – qui le corrompt. La société capitaliste, c’est le mal comme le stress est devenu, nous dit-on, le « mal » du siècle (et le « bien » du siècle, c’est la solidarité ?), stress, bien entendu, provoqué – « généré » lâcherait un langageux moderne dans une flatulence globisch – par l’entreprise, cette organisation on ne peut plus suspecte qui transforme  le sang du peuple en flux financiers. Tout est la faute de l’odieux capitalisme : le socialisme est mort, vive l’écologie ! Le premier était un peu court. Le bonheur de la classe ouvrière, ça n’a jamais fait rêver l’ouvrier et il avait raison : il a disparu, emportant avec lui les rêves de grands soirs et de dictature du prolétariat qui ont donné tant de divins frissons aux petits bourgeois de Paris. 

Le capitalisme, ennemi du peuple et tueur de planète

Aujourd’hui, être de gauche, ce n’est plus un simple choix moral et politique. Non : c’est une question de survie. Et oui : vous pouviez être allergique à toute solidarité avec telle ou telle catégorie ou minorité de population, vous ne pourrez pas pousser l’irresponsabilité jusqu’à refuser de sauver la planète ! La fin du monde est pour demain : réchauffement climatique, migrations, terrorisme, tout, absolument tout vient du capitalisme. Ouvrez les yeux, consommateurs sans conscience ! Mangez bio, plein de fruits par jour, « bougez » (l’immobilité, quelle ringardise à l’heure des « mobilités » douces !), faites pas ci, faites ça, triez, ne triez pas, voyez ceci, ne voyez pas cela, soyez-vous-même, préférez les autres… Nous croulons sous les injonctions contraires et paternalistes d’une élite affadie dans un siècle d’enfants. Enfants qui, comme tous les enfants, parlent à tort et à travers, jugent sans procès, suivent les meneurs, agonisent leurs têtes de turc, veulent tout tout de suite, n’ont que des droits et jamais de devoirs, couinent quand ça résiste ou que ça veut pas, dépriment quand leurs désirs sont contrecarrés, votent à gauche parce que seuls les salauds sont de droite. Faut dire, putain, quelle honte d’être un salaud d’eurasien hétéro et chrétien (« non racisé », dit-on chez les nouveaux indifachos), « cisgenre », dit-on chez les nouveaux homofachos), (« chiens », « pourceaux » ou simplement « croisés », dit-on chez les nouveaux islamofachos) ! 

Machiavel version 2019 : "fais-moi un gros câlin" (free hugs)

La Russie a trop longtemps joué avec le feu. Sa guerre froide a surtout consisté à faire prendre des vessies pour des lanternes à la jeunesse occidentale. Maintenant, Poutine est bien embêté : il n’a que des demi-chèvres en face de lui pour négocier l’avenir. Des crétins sans passé qui pensent, comme les enfants, que la politique est une question de générosité et non de rapports de forces. Qui communient à longueur d’ondes pour faire venir un monde où tous les affreux « R » auront disparu, comme dans Russie mais surtout comme dans Hitler, guerre, père, autoritaire, rigueur, droite, morale, noir, hétéro, chrétien… Heureusement que les « réseaux » sont « sociaux », ça les sauve d’un « R » suspect qui en renferme pourtant toute la vérité ! En marche vers un monde idéal plein de mamans et de papas à vélo, mangeant bio, ne fumant et ne buvant pas, faisant du sport et de cet absurde pire que 1984 une nécessité pour les fameuses « générations futures » (« après moi le déluge » : telle est le devise du capitalisme selon Magauche, livre 3, verset 5, épître aux Comdéchiens). Mon dieu, dira Jésus version 2.0, pardonnez-leur car ils ne savent pas ce qu’ils sont !

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Convergence des luttes : l'homme blanc est un porc donc...

Le roi est nu, vive le roi !

Réseau social, tu perds ton sang froid !