Concours du plus con : à chaque jour ses nouveaux champions !



Je ne résiste pas à l'épinglage de ce qui est moins qu'un fait divers ou un chien écrasé : un buzz. Aujourd'hui, c'est une belle brochette qui réjouit nos neurones. A ma gauche, une certaine "Bella Haddid", profession mannequin, bien entendu, d'origine palestinienne nous dit-on (une belle âme pure à qui on ne peut rien reprocher donc, puisqu'elle n'est pas blanche). A ma droite, les tartufes de l'Islam, gorgés de l'importance de leur ressentiment envers l'Occident.

 Or, cette Bella Hadid, comme toutes les jeunes alouettes smartphonées, photographie sa vie sur instagram. En langage totalitaire, on dit : "elle publie une story". Comprenez : sa vie est toute une histoire et mérite qu'on la connaisse. Preuve en est : cette magnifique et bien intéressante photo de chaussure féminine sur fond d'aéroport. Voilà qui fait sens, surtout accompagné du commentaire en anglais rapeux : "anotha one". On est bien content d'apprendre que ce chef d'oeuvre s'inscrit dans une file ininterrompue d'images qui n'ont rien à envier à Cartier Bresson. Bon. On pourrait s'en tenir là, ce ne serait pas plus grave qu'un moustique qui se casse une patte.

 Las ! La police du respect veille et scrute jusqu'au fond des âmes ! Si, au moins, Bella Hadid avait eu le chic de faire sa photo devant l'avion de Trump ou d'une compagnie occidentale, elle aurait rencontré un succès planétaire et mérité. Mais non : ce sont des avions des Emirats Arabes "Unis" et de l'Arabie Saoudite. Et là, toutes les bornes des limites de l'islamophobie sont franchies ! Crachant sur l'Occident mais chérissant visiblement ses pires fruits (il faut en passer du temps sur Instagram pour voir passer un grain de sable pareil !), les ayatollahs de la Ouma s'offusquent et crient au racisme et à la honte pour elle ! Oui, avec ces gens là, un pays ou une race, c'est pareil : et il faut bien reconnaître que si Allah avait voulu que les hommes soient rationnels, il n'aurait pas inventé le wahhabisme !

 Dernier rebond : Bella Hadid aurait pu faire preuve de panache et twitté un "vous êtes trop cons" de bon aloi. Mais pas du tout et c'est là que ça devient vraiment intéressant : elle s'est excusée aussi longuement et platement que si elle avait brûlé le coran en direct devant la Terre entière. Auto-flagellation accentuée par la pression de Dior dont elle est, nous dit-on encore, une "égérie" : sauf que les bons conseils, c'est justement plutôt Dior qui les donne et qu'il était urgent d'entrer dans le jeu pervers des tartuffes musulmans plutôt que de voir cette chère clientèle arabe prendre la marque en grippe ! Chantage et terrorisme sont décidément les mamelles des nouveaux salopards. Attendons encore un peu : l'auto-critique n'a pas dit son dernier mot et je me réjouis d'avance de voir ces belles âmes joindre le geste à la parole en se flagellant ou en se faisant lapider en direct live sur Instagram. Alors : elle est pas belle, la vie, en réseau "social" ? 

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Le roi est nu, vive le roi !

Quand la compassion multiplie les pains

Du pain et des JO