Si tous les cons volaient, il ferait nuit...

             
Bien !
Pas bien !


Lu dans la « presse » :

« Connue pour ses vidéos de maquillage sur Youtube, Shera Kerienski s'est attirée les foudres des internautes après s'être teint la peau en noir, dimanche 27 août. La jeune femme voulait "être le porte-parole de plusieurs communautés" et "se mettre à la place des gens" en critiquant le manque de teintes adaptées aux peaux noires dans les produits Sephora. L'effet a été tout autre. L'ancienne chroniqueuse de "Touche pas à mon poste", qui compte 1,3 million d'abonnés sur Youtube, a été taxée de racisme sur Twitter après ce "blackface" ».

Et encore : 

« L'acteur américain, Ed Skrein, blanc de peau, a été la cible d'une pétition de «whitewashing» et a donc abandonné le rôle qu’il devait incarner, celui du major Benjamin Daimio, un personnage d'origine japonaise. Les internautes ont dénoncé ce choix de casting comme un exemple supplémentaire d’un phénomène trop répandu à Hollywood : donner le rôle d'un personnage issu d'une minorité à des comédiens blancs ».

Bien. Légitime émotion, en effet, devant tant de mépris envers les personnes de couleur ! Diable : se déguiser en noir : et pourquoi pas en nain ? Ou en femme (non, là, c’est too much, ça cour-circuite dans la minorité transgenre, il faut savoir raison garder dans le pré carré du colonialisme et de ses méfaits éternels) ?

Mais comprenons bien ces « internautes » : c’est trop facile de se moquer des noirs donc pas bien ! On ne tire pas sur l’ambulance. Qu’un noir cherche à se blanchir la peau façon Mickaël Jackson, c’est bien normal, on ne peut pas lui en vouloir : c’est un complexe naturel chez le dominé qui le pousse à chercher à ressembler à son maître. Mais l’inverse, quelle horreur : un blanc qui se teint la peau en noir, c’est forcément par mépris de classe, pour se moquer, pour rabaisser ces handicapés de la mélanine qui n’en ont vraiment pas besoin.

Moi, ça me fait gerber. C’est pire que du racisme. C’est de l’infantilisation d’humanité. Si aucune couleur de peau ne préserve de la connerie, aucune ne prédispose à la bêtise. Quoi d’humiliant ou de méprisant - et pour qui ? - à admirer Ali Farka Touré, Bob Marley, James Brown, Buddy Guy et tant d’autres et vouloir leur ressembler ? Black is beautiful, c’est plus d’actualité ? Trop ou pas assez radical dans une perspective d’exploitation du noir par le blanc ? Mais rien jamais n’est ni noir, ni blanc, même pas l’homme. Imaginons, par exemple, le sondage de la honte qui tue : demander à n’importe quel africain s’il préfère rester dans son pays ou immigrer aux Etats-Unis ; puis interroger des blacks américains pour leur demander s’ils ont la nostalgie du doux pays que les esclavagistes blancs leur ont fait quitter ? Rien que d’y penser, pas bien : je finirai cuit dans la marmite nauséabonde !


Tant que j’y suis, autant en rajouter une louche. Les horloges tournant de gauche à droite parce que le cadran solaire a été inventé dans l’hémisphère nord, je propose l’inversion, immédiate, populaire et démocratique, du sens de toutes les montres de la planète afin de supprimer une injustice qui stigmatise les « peuples » du sud à chaque seconde. Non mais !!!

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Convergence des luttes : l'homme blanc est un porc donc...

Réseau social, tu perds ton sang froid !

Du pain et des JO